Moteur électrique et design soigné, les nouvelles voitures sans permis séduisent une clientèle de plus en plus jeune. Pour les assureurs, c’est à la fois un nouveau marché qui s’ouvre et de nouvelles contraintes pour équilibrer ce risque soumis à une forte sinistralité. « D’un véhicule un peu poussiéreux, on est passé à un objet tendance qui séduit une clientèle plus jeune que les utilisateurs traditionnels de la voiture sans permis, observe Jean Ambert, directeur général de Smart Mobility Lab. C’est notamment devenu, pour les parents d’adolescents, une alternative aux transports en commun dans le contexte de la crise sanitaire. »

Cliquez ici pour lire l’intégralité de l’article image/svg+xml